La maison / Histoire

Aziz El Hajouji, un professionnel qui a passé presque toute sa vie dans l’univers de la joaillerie et qui a réussi à transmettre sa passion à sa descendance

La passion pour l’univers de la joaillerie, du beau et du luxueux anime Aziz El Hajouji depuis son plus tendre âge. Il cultive ce goût pour le raffinement à Fès, sa ville natale, et le peaufine plus tard à Casablanca. C’est donc tout naturellement qu’il choisit le monde de la joaillerie pour donner corps à sa créativité. A 14 ans à peine, Aziz El Hajouji savait déjà que cet univers sera toute sa vie.

Né le 15 mars 1955 dans la capitale spirituelle du royaume, Aziz El Hajouji a été élevé dans une famille qui faisait grand cas du respect des traditions. L’histoire de l’arrière grand-père alimentait toujours les discussions, et révèle, plus que jamais, que la passion de Aziz El Hajouji pour l’univers des bijoux s’inscrit dans la continuité d’une lignée familiale. Driss Ben Abdeslam El Hajouji, l’arrière grand-père, était en effet, un membre estimé et respecté de la corporation des artisans-bijoutiers. L’aïeul avait exercé ce métier à Meknès au début du XXème siècle.

Aziz El Hajouji dans sa boutique à Casablanca au début de sa carrière

Enfant, Aziz El Hajouji était, pour sa part, irrésistiblement attiré par les boutiques du marché des bijoux. Il passait ses heures perdues à admirer la perfection des bijou et le travail d’orfèvre des artisans.
Et c’est à Casablanca où il s’installe qu’il décide d’embrasser le métier d’artisan bijoutier. Aziz El Hajouji apprend vite, se perfectionne et excelle dans son domaine. En l’espace de 2 ans, il a acquis toutes les ficelles du métier et se voit confier la gestion d’une boutique de cinq employés. Ce passage de l’atelier au comptoir permet à Aziz El Hajouji de tester ses techniques de vente tout en étant à l’écoute des exigences de la clientèle. En l’espace de quelques mois, cet autodidacte-né est fin prêt pour ouvrir sa propre boutique.
Homme des défis, Aziz El Hajouji ne craint pas les débuts difficiles. Sa persévérance finit par payer. Sa boutique à Bab Marrakech à Casablanca attire une clientèle de plus en plus nombreuse, séduite par ses magnifiques créations qui donnent le ton des tendances. Toujours à l’écoute de ses clients, il comprend leurs besoins et leur offre des bijoux à la hauteur de leurs exigences. La fabuleuse épopée El Hajouji était née.

En 1997, Aziz El Hajouji écrit une nouvelle page dans l’univers de la joaillerie. Cette année-là, OroMecanica voit en effet le jour. L’usine à bijoux, sise à Sidi Maârouf, bouscule les codes et démocratise le luxe. Equipée en matériel de précision High Tech et répondant aux normes de qualité internationale, l’entreprise a misé dès le départ sur l’originalité et l’innovation pour créer la différence.
Spécialisée dans la production industrielle de bijoux haut de gamme, OroMecanica préserve le côté artisanal de la joaillerie, que ce soit dans le domaine du sertissage, de l’assemblage et de la finition. Aziz El Hajouji tient, plus que tout, à la préservation du métier d’artisan. Dans ce sens, il déploiera d’énormes efforts pourque la transmission de cet art ancestral puisse se faire dans les meilleures conditions.

Dès l’inauguration d’OroMecanica, Aziz El Hajouji signe avec Nouzha Chekrouni, secrétaire d’Etat auprès du ministre du Développement social, de la solidarité, de l’emploi et de la formation professionnelle, chargée des handicapés, un protocole d’accord pour l’insertion des personnes à besoins spécifiques. Actuellement 20% des effectifs de l’usine OroMecanica appartiennent à cette tranche de la population. L’entreprise leur garantit une formation et une insertion dans ses ateliers.L’implication d’OroMecanica dans l’insertion professionnelle des personnes à besoins spécifiques est également reconnue en haut lieu. Le 1er Avril 2005, Sa Majesté le Roi Mohammed VI a décerné la médaille de mérite au Président directeur général d’OroMecanicapour les efforts déployés par son entreprise dans ce sens.
Une école d’artisans joailliers a même été créée en collaboration avec le secrétariat d’Etat chargé de la Formation professionnelle. Des formateurs ont même été invités d’Italie et d’Asie, pays célèbres par leur savoir-faire en la matière, pour rehausser le niveau des jeunes apprentis.

Dans le showroom de 600 m2 d’OroMecanica, des centaines de visiteurs sont reçus chaque jour. On y côtoie une clientèle exigeante à la recherche de bijoux haut de gamme à des prix compétitifs ou simplement des clients en quête d’un joli bijou à prix abordable. Tous les choix sont possibles, avec en plus un service après vente sur-mesure : réparer, relustrer les bijoux.

Réception de Aziz El Hajouji par sa Majesté le Roi Mohammed VI et décoré par la médaille de mérite, comme récompense à ses efforts pour l’emploi des personnes à besoins spécifiques.
le 1er Avril 2005

Inauguration de l’Usine OroMecanica,en présence des membres du gouvernement, et notammentDriss Jettou, alors ministre des Finances, du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat

Signature en 1998 du protocole d’accord avec Nouzha Chekrouni Secrétaire d’Etat auprès du ministre du Développement social, de la solidarité, de l’emploi et de la formation professionnelle, chargée des handicapés

Visite de Nouzha Skali, alors ministre de la Famille et du Développement social à OroMecanica. Aziz El Hajouji lui donne des explications concernant le travail des artisans-ouvriers.

En homme visionnaire, Aziz El Hajouji avait été le premier à poser les jalons d’une entreprise structurée dédiée à la production et à la création de bijoux et de joaillerie de luxe.

Lancée en 2007, Rafinity est bien plus qu’une maque de joaillerie et d’orfèvrerie. Elle est en passe de devenir une véritable institution, reconnue tant en niveau national qu’international. Cette marque de luxe propose une variété infinie de créations contemporaines et intemporelles, mais aussi des créations uniques et exclusives qui font la part belle aux pierres les plus précieuses et aux diamants les plus rares.
Beauté et raffinement règnent sur l’univers OroMecanica, et sa marque de luxe Rafinity, qui a le privilège de revisiter le bijou traditionnel marocain et de lui donner tout l’éclat qu’il mérite pour figurer aux premières loges des maisons de luxe mondiales.

Résolument décidés à marcher sur les pas du père, les héritiers El Hajouji ont fait de leur passion un métier. Un métier mais aussi un business florissant qui obéit aux meilleurs standards de la profession, en suivant de près les dernières tendances du secteur. Et, à ce titre, ils continuent à créer et innover pour reconstituer et restituer les différents éléments du patrimoine marocain riche par ses variations, à la fois berbère, sahraoui, juif, andalou… Un patrimoine qui renseigne, de toute évidence, sur l’art de vivre marocain mais aussi sur la générosité et l’originalité de l’artisanat du pays. La relève de Aziz El Hajouji est assurée par son fils aîné Tarik, expert gemmologue, diplômé de la célèbre Gemological Institute of America (GIA) aux Etats-Unis, Ismaïl, diplômé en finances et comptabilité, Mamoun qui poursuit toujours ses études à l’étranger, et s’intéresse à la marche de la Maison Rafinity, Meriem, passionnée de bijoux et de marketing est, pour sa part, double major business information technology et enfin Leila, qui a fait des études en business en Suisse, est une talentueuse créatrice de bijoux. Le patrimoine familial est entre de bonnes mains.